Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques

Espace adhérents

Déclaration de Norman Brown (Diné), Survivant de la Fusillade d’Oglala

publiée le 29/06/2018 par CSIA-Nitassinan

Par Norman Brown
SURVIVANT DE LA FUSILLADE D’OGLALA DE 1975

Candidat à la Présidence de la Grande Nation Navajo

« Libérez Leonard Peltier. Tu me manques grand frère. Je t’aime Dino. Tu me manques ma sœur Jean.

Qui aurait su à l’âge de 15 ans, en tant que plus jeune guerrier armé et survivant d’une longue journée de fusillade en 1975 à l’Incident d’Oglala, que je serais candidat à la Présidence de la Grande Nation Navajo.

Je me tiens en grande et humble prière de remerciements pour ma longue vie difficile pleine d’épreuves, de solitude, et souffrant d’être ici à ce moment, sain dans l’esprit, le corps, et l’âme. Durant des jours, des semaines, des mois, des années, et des décennies j’ai pensé que je ne guérirais jamais de cet horrible jour. Ce jour huit frères se levèrent comme un contre près de 200 membres du F.B.I., et contre des officiers de justice du B.I.A. du Dakota du Sud et du Nebraska.

Nous avons campé sur la terre de Jumping Bulls alors que nous étions invités pour soutenir le peuple Lakota contre la violence politique dirigée contre des communautés de l’A.I.M., des familles et des individus. Aujourd’hui j’offre mon tabac aux trois hommes bons qui ont perdu leurs vies ce jour il y a 43 ans. Joseph Stuntz, Jack Coler, et Ron Williams.

Je prie pour leurs familles. Je prie pour la guérison de leurs générations. C’est triste à dire, mais je me suis guéri seul. Je savais qu’un jour je serai « normal » de nouveau. J’ai prié quasiment toute ma vie, dansé, et chanté pour que ma vie retrouve l’harmonie. J’ai marché avec les Déités Lakota qui me connaissaient et m’ont adopté dans leurs rêves et réalité. Je me suis assis et j’ai parlé avec mes Etres Saints Diné alors qu’ils chantaient leurs chants en moi, avant moi, après moi, derrière moi, sous moi, et sur moi.

J’ai fumé mon tabac de la montagne aujourd’hui et j’ai regardé le grand voyage devant moi, pour aider à guérir et à unir ma grande nation... Dinetah. Je prie pour que la chance me soit offerte de transcender les politiques, l’envie, la jalousie, la colère, et la négativité jetée sur mon chemin en opposition à qui je suis, et à ce que je représente, un homme simple qui aime son peuple, un homme qui ferait tout ce qui est possible pour voir ses grand-parents heureux et les femmes et les enfants de son peuple saufs.

Un petit garçon Dinetah qui aime profondément ses terres sacrées, sa famille, ses proches, ses amis, et ses frères et sœurs alliés. Tout ce que j’ai est ma voix et mon esprit né des épreuves de ce jour le 26 juin 1975 sur le grand Territoire Oglala nommé Oglala, dans le Dakota du Sud. Puisque je suis devenu un homme ce jour et les nombreuses années après, ma pensée a été que si je pouvais survivre à ce jour, je pourrais survivre à n’importe quoi.

Je l’ai fait. Plus de décennies de mauvais rêves, de honte, de sueurs nocturnes, d’anxiété extrême, de palpitations, de peur, et d’effroi. Je ne pleure plus ce jour.

J’ai continué et je continuerai à vivre pour mon peuple. Je ne suis pas un politicien, ni même un leader élu, puisque je suis le servant de mon peuple que j’ai servi librement le long d’une vie. Un servant de mes ancêtres, des personnes âgées, des montagnes sacrées, des ruisseaux, des rivières, des sources naturelles, des forêts, des plantes et des animaux, des oiseaux et des insectes et des êtres de l’eau.

Ils connaissent mon nom. Ils connaissent ma prière. Ils connaissent mon espoir. Ils connaissent ma foi. Ils connaissent mon esprit. Ils connaissent mon âme. Ils connaissent ma voix, mais le plus important est qu’ils connaissent mon cœur.

Je suis fier d’être Diné et je ferai tout ce que je peux pour représenter mes Dinés qui n’ont pas grand-chose. C’est ma mission, et je n’ai personne à blâmer, si ce n’est moi pour être ici en tant que candidat pour mon peuple. Je poursuivrai le combat bon comme je l’ai fait un jour chaud humide et dangereux, quand tous semblaient perdus avec perte. Quand il semblait qu’il n’y avait pas d’espoir ou de liberté.

Je promets de faire ce qui est le meilleur pour mon peuple et de combattre jusqu’à la fin pour notre liberté et notre libération des chaînes historiques du racisme et des lois fédérales injustes des Etats-Unis, de l’Amérique des entreprises, et des états qui nous entourent ici à Dinetah. Je me tiens en prière uni avec mes ancêtres qui ont survécu à la destinée manifeste, au génocide et aux crimes contre l’humanité... mon peuple Diné.

Je remercie mes proches Lakota qui m’ont embrassé et pris au sein de leurs familles et donné cet espoir de jeune adolescent Diné et aimé quand il en avait le plus besoin. J’offre ma prière du tabac pour votre libération aussi.

Vous me manquez mes frères et sœurs du camp Oglala.

Reposez en Grande Paix :
Joe Stuntz
Wishy Draper
Micheal Baby Aim Anderson
Bob Robideaux
Lena Funston
Nilak Butler

LIBERTE POUR LEONARD PELTIER.

Merci mon frère diné Michael Karr pour tes prières et pour croire en moi. Je t’aime frère ».

Traduction : Aurélie Journée (CSIA-Nitassinan)


Photo : DR -Chauncey Peltier (fils de Leonard Peltier) et Norman Patrick Brown (diné, survivant de la fusillade à Oglala et du règne de terreur sur la réserve de Pine Ridge dans les années 1970)